cervelas en brioche - decembre 2008 039 copie

Coucou, me revoilà

En cette période de morosité où tout nous paraît triste et sans intérêt
j’ai envie de me remémorer quelques moments heureux de ma jeunesse
et je pense à Lyon, cette belle ville où j’ai vécu mes premières années de femme mariée.

Et comment évoquer Lyon sans parler des « Mères lyonnaises »
telles que la « Mère Bourgeois » ou la « Mère Fillioux » chez qui la « Mère Brazier » a débuté
et plus tard un certain Paul Bocuse devenu ô combien célèbre.

Depuis l’époque des « Mères lyonnaises », la cuisine a bien évolué
mais les spécialités lyonnaises ne cessent de nous régaler.
Je me revois encore en promenade dans le vieux Lyon, regardant les cartes
des restaurants avant de se décider à entrer dans l’un de ces typiques bouchons lyonnais.
Et là quel bonheur de déguster une cervelle de canut accompagnée de petits toasts de pain grillé
Atelier des Chefs
ou un saucisson brioché tout chaud,

aussi bon nature que garni de pistaches ou truffé au moment des fêtes.
Du coup,  pour initier mes petits enfants à la gastronomie lyonnaise,
 je prépare un cervelas en brioche et je crois pouvoir dire qu’ils aiment ça.

Et qui n’a jamais entendu parler des quenelles lyonnaises
natures, à la volaille ou au brochet, toutes gonflées dans leur sauce onctueuse.
Et quelle que soit l’accompagnement, chez nous on adore,
et en particulier les Quenelles de brochet en bisque de homard


Et si vous préférez un repas plus rustique vous pourrez demander
une assiette de charcuterie et déguster la délicieuse Rosette de Lyon
escortée de cornichons et d’une tranche de bon pain frais.

Et pour finir sur une note sucrée,  promenez vous dans les rues de Lyon,
vous pourrez grignoter les délicieuses bugnes lyonnaises
ou un Saint-Genix (brioche à la praline rose)
sans oublier les délicieux coussins de Lyon.

Dommage que nous soyons confinés, j’aurai bien sauté dans le TGV,
direction Lyon….